• Accueil
  • /
  • Québec et les irlandais

Source : Ville de Québec et le Défilé de la Saint-Patrick de Québec

Selon certaines sources, près de 40 % de la population de Québec serait d’origine irlandaise. S’il est à peu près impossible de confirmer ce pourcentage, il est certain que les liens entre la ville et sa population d’origine irlandaise sont étroits, profonds et solidement enracinés.

La présence irlandaise à Québec se manifeste surtout à compter de 1816, lorsque de nombreux Irlandais s’établissent dans la ville. Dans les années 1830, ils sont des milliers à débarquer sur les quais. Ce mouvement d’immigration massive culmine en 1847, la pire année de la Grande Famine qui sévit alors en Irlande. Plus de 90 000 immigrants majoritairement irlandais font alors la traversée de l’Atlantique vers le port de Québec. Mais environ 17 000 d’entre eux, atteints du typhus, meurent en mer, à la station de quarantaine de Grosse-île ou dans les villes de Québec et de Montréal, où l’épidémie se répand.

À cette époque, les Irlandais trouvent du travail dans les anses à bois de la région de Québec, souvent au chargement des navires qui partent vers la Grande-Bretagne. Ils s’établissent dans le secteur du Cap Diamant, Prés-de-Ville, les faubourgs Saint-Jean et Saint-Louis, à Beauport, à Cap-Rouge et surtout à Sillery, où ils forment la majorité de la population en 1861.

Les Irlandais de Québec participent pleinement au développement de la ville. Avec le temps, on les retrouve dans les commerces, les syndicats, la presse, les professions libérales, le monde des affaires, la politique, les activités sportives ou culturelles. Les mariages sont par ailleurs nombreux avec la population locale : un métissage qui modifie profondément la composition sociale de la ville. Aujourd’hui, bien des Québécois ont des origines irlandaises, souvent cachées sous des patronymes français.

Oui, il va sans dire que l’apport de la communauté irlandaise à la culture québécoise est significatif. Ainsi, les festivités de la Saint-Patrick sont une belle occasion pour célébrer ensemble cette amitié de longue date!

Quelques personnalités québécoises d'origine irlandaise

Patrick McMahon

1796-1851

Premier prêtre catholique de l’église Saint-Patrick, immigré à Québec vers 1817. C’est en 1833 que les anglophones catholiques de Québec célèbrent la première messe dans la nouvelle église.

Dr Edmund Bailey O’Callaghan

1797-1880

Médecin et homme politique qui arrive à Québec en 1823. Fervent Patriote, il milite aux côtés de Louis-Joseph Papineau jusqu’à son exil aux États-Unis en 1837, sa tête ayant été mise à prix.

John Hearn

1827-1894

Commerçant important de la basse-ville, il fût conseiller municipal, député provincial et surtout un leader apprécié de la communauté irlandaise, dont il défendra les intérêts sa vie durant.

Charles Joseph Alleyn

1817-1890

Natif de Cork, cet homme de loi fût conseiller municipal et maire de Québec, puis député au gouvernement du Canada-Uni. Alors qu’il est à la mairie, il doit combattre une épidémie de choléra (1854) qui affecte surtout les milliers d’immigrants qui débarquent sur les quais.

Richard Henry Leahey

vers 1852-1889

Important militant syndical et dirigeant ouvrier. Il s’investit notamment auprès de la Société de bienfaisance des journaliers de navires à Québec, l’un des premiers syndicats canadiens. Fondé en 1857, elle regroupe les nombreux débardeurs irlandais de la région.

John Cannon

1783-1833

Maitre-maçon, architecte et homme politique qui joua un rôle important dans l’organisation de la vie sociale et religieuse des Irlandais de Québec.

Owen Murphy

1827-1895

Fils d’un agriculteur de Stoneham, il travailla dans le domaine des assurances et des chemins de fer avant d’accéder à la mairie de Québec, de 1874 à 1878. Il s’illustra ensuite sur la scène politique provinciale.

Joe Malone

1890-1969

Né à Sillery, il fût le grand joueur vedette des Bulldogs de Québec (Club de hockey de Québec). Il aida notamment son équipe de hockey à remporter la coupe Stanley à deux reprises (1911-1912 et 1912-1913).

James Carrell

1843-1891

Journaliste et éditeur, fondateur du Daily Telegraph en 1875, un journal à un sou destiné à la classe ouvrière et surtout à la communauté irlandaise, dont il a défendu les intérêts toute sa vie.

Rita Brown

Active au sein de la paroisse Saint-Patrick, elle s’occupa des orphelins du St. Brigid’s Home dans les années 1940. Elle fonda aussi la Guild en 1968, une association bénévole au service des personnes âgées.

Rosemary Power

Comédienne, metteure en scène et animatrice à la télévision, dans les années 1950. Elle fût aussi la première et la seule femme à diriger la Literary and Historical Society of Quebec, entre 1977 et 1989.

Larkin Kerwin

1924-2004

Physicien et professeur à l’Université Laval, dont il fût le premier recteur laïc. Il assura aussi la présidence du Conseil national de recherches Canada et de l’Agence spatiale canadienne qu’il contribua à fonder.

Marianna O’Gallagher

1929-2010

Fondatrice du Irish Heritage Quebec en 1973, une association qui s’intéresse au patrimoine irlandais de Québec. Elle a écrit quelques livres sur l’histoire des Irlandais de Québec.

Le saviez-vous ?

  • Que le trèfle est le symbole irlandais le plus souvent associé aux festivités de la Saint-Patrick dans le monde?

    Selon la légende, Saint-Patrick l’utilisa comme image pour convertir le peuple irlandais au christianisme, illustrant à la fois le Père, le Fils et le Saint-Esprit, séparés, mais ne faisant qu’un.

  • Que plusieurs familles d’origine française ont adopté des orphelins irlandais en 1847?

    L’Irlande a d’ailleurs offert en cadeau une croix celtique à la ville de Québec en 2000, en reconnaissance de la solidarité et de l’accueil dont ses habitants ont fait preuve à son égard à l’époque de la Grande Famine en Irlande.

  • Que la musique traditionnelle québécoise a emprunté beaucoup au folklore irlandais?
  • Que l’ajout des pommes de terre au menu quotidien nous vient en grande partie de la communauté irlandaise?
  • Que les premières forces policières de la ville, au 19e siècle, étaient composées d’une majorité d’Irlandais?
  • Que les Irlandais de la région de Québec ont longtemps été renommés pour leurs élevages de chevaux ?
  • Que des patronymes d’origine irlandaise ont été francisés, tel O’Brennan devenu Aubry?